webleads-tracker

Le blog
| le jeudi 11 mai 2017

C'est souvent faute d'une analyse – par manque de temps ou tout simplement à cause de montants jugés faibles et éparpillés sur de nombreux fournisseurs – que nombre d’entreprises se rendent compte après coup que des prestations considérées comme ponctuelles auraient pu être négociées. L'aspect chronophage et consommateur de ressources d'une analyse occulte parfois un ROI insoupçonné faute d'une solution e-achat adaptée.

| le jeudi 22 juin 2017

Drasko Jelavic donne une version très imagée du département Achats qui passe son temps à éteindre des "feux quotidiens". En effet, les achats doivent à la fois gérer l'opérationnel ET faire de la stratégie, c'est-à-dire en vrac : traiter des demandes incessantes, passer des achats hors-contrats, perdre le lien avec les décideurs internes, passer un temps énorme avec les fournisseurs pour gérer les contretemps.

| le jeudi 15 juin 2017

Marcell Vollmer se focalise sur l'impact des nouvelles technologies dites "disruptives", comme par exemple les objets connectés. La pose de capteurs et l'interconnexion entre un équipement de production, des produits et un entrepôt permet l'automatisation de la prise de commandes. Surtout si on se sert d'un outil de suivi de la relation client type CRM lié à une messagerie, et qu'une imprimante 3D permet de pallier un défaut ou un retard de production. Enfin, Vollmer constate que l'automatisation des tâches constituant le processus d'approvisionnement va croissant (formulaire, génération de factures, paiement...).

| le jeudi 8 juin 2017

Le blog MH&L se réfère à une étude du Hackett Group de 2016 qui donne des résultats surprenants : un département Achats bien équipé présente des coûts d'exploitation 18% plus bas que la moyenne et fonctionne avec 28% de personnel en moins.

| le jeudi 1 juin 2017

Il paraît que négocier ne s'apprend pas, que l'on est (nait ?) Acheteur ou pas. Or, l'Acheteur reste moins outillé que son collègue des ventes, qui se sert d'un système CRM puissant. Pourquoi les Achats n'auraient pas accès à un outil de gestion de la relation Fournisseur - appelons-le "SRM" (Supplier Relationship Management) - afin de dynamiser leur performance ? D'après une étude menée en 2016 par un grand éditeur américain de gestion de la relation clients, plus de la moitié des dirigeants de PME ne disposent pas d'outil adéquat.

| le jeudi 25 mai 2017

L'éditeur lyonnais Buy Made Easy (BME) est heureux d'annoncer le lancement de sa solution Sourcing Force chez son premier client Suisse : LEM International, le numéro 1 des solutions innovantes et de haute qualité dans la mesure des paramètres électriques. LEM - entreprise basée près de Genève d'environ 1.400 collaborateurs – comprend des usines à Genève (Suisse), Copenhague(Danemark), Machida (Japon), Pékin (Chine), Milwaukee (USA) et Tver (Russie) ainsi que dix implantations commerciales dans le monde. Son chiffre d’affaires a atteint 261,5 millions CHF sur l’exercice 2015/16. LEM est cotée au SIX Swiss Exchange.