La Location Longue Durée pour les Artisans (6/6)

par | LLD

Les pièges à éviter

D’une manière générale, le parc automobile d’un artisan, compte tenu de la nature de ses activités professionnelles, apparaît comme particulièrement sollicité (kilométrage important, dégradations occasionnelles du véhicule, etc.). De fait, « les pièges de la LLD », susceptibles d’altérer l’intérêt de cette formule, relèvent le plus souvent d’un manque d’information préalable. L’équipe de LLD.fr recense ici une dizaine de précautions utiles.

1. Attention aux véhicules qui consomment un taux important de CO2
Les changements climatiques et la dégradation de l’environnement sont en grande partie imputés au rejet de dioxyde de carbone (CO2) dans l’air. Des engagements internationaux et européens ont été pris en vue de réduire ces émissions. Logiquement, la mise en œuvre de ces engagements vise les constructeurs automobiles. Ils se sont engagés à ramener les émissions à 120 g de C02 par kilomètre d’ici à 2012.

Pour inciter les utilisateurs de véhicules professionnels à « rouler propre », de nouvelles mesures fiscales à destination des entreprises sont aujourd’hui mises en œuvre. Ainsi, en fonction des véhicules choisis et de leur taux de rejet de CO2, les taxes et impôts peuvent varier très substantiellement. Il est important que l’entreprise au moment du choix des véhicules soit consciente de ces paramètres, d’autant que certains modèles de même catégorie sont beaucoup moins polluants d’une marque à l’autre !

Les prélèvements concernés sont la Taxe sur les véhicules de Société, la carte grise et les amortissements non déductibles.

TVS (Taxe sur les Véhicules de Sociétés)
Ainsi le calcul de la Taxe sur les Véhicules de Société (TVS), auparavant calculée selon la puissance fiscale est désormais fonction du taux d’émission de CO2 (en gramme par kilomètre) du véhicule, comme indiqué dans le tableau ci-dessous :
Émission de CO2 en g/km Coût au g TVTS / an

Carte Grise
De plus, à partir du 1er Juillet 2006, les véhicules particuliers (VP) émettant plus de 200 grammes de CO2 seront soumis à une taxe additionnelle, due lors de leur immatriculation. Cette taxe sera variable en fonction du taux de rejet de CO2 :

  • 2 € par gramme supplémentaire pour les véhicules émettant de 201 à 250 grammes de CO2 par km
  • 4 € par gramme supplémentaire pour les véhicules plus de 250 grammes de CO2 par km

Amortissement non déductible
Les amortissements liés à la Location Longue Durée sont normalement déductibles du revenu imposable des entreprises. Cette règle, soumise à un plafond de 18 300 € par véhicule. En plus et depuis le 1er janvier 2006, ce plafond est abaissé à 9 900 € pour les véhicules émettant plus de 200 grammes de CO2 par kilomètres.

2. Attention aux offres qui vous imposent un forfait kilométrique
Attention, aux prestataires qui sont prêt à négocier sur tout pour avoir votre contrat et qui en fin de contrat vont vous aligner.
Toute location s’accompagne d’un contrat sur la base duquel est fixé votre loyer, contrat qui définit la durée de l’engagement et votre kilométrage. Selon les sociétés ce choix est plus ou moins large. Optez pour un organisme qui vous laisse choisir librement la durée et le kilométrage que vous souhaitez pour la voiture que vous désirez, et non des packs figés. D’ailleurs seules les premières vous permettent aussi de pouvoir modifier vos choix en cours de contrat. Vous pourrez ainsi par exemple augmenter votre kilométrage si vous changer de domicile et vous éloigner de votre travail. Sinon vous devrez payer des pénalités qui peuvent être élevées.

« On n’a pas de grille, mais néanmoins, on s’emploie à simplifier nos relations », « Par exemple, pour le kilomètre en plus ou en moins, on va établir un contrat », « Le système de remboursement est donc parfaitement transparent », « pour ce qui concerne, la remise en état, juste avant la remise du véhicule pour les 120 000 Km, on va faire un bilan pour vous éviter les surprises ». « Un mois avant, on fait donc une visite pour faire un point sur la carrosserie ce qui vous permet de les faire passer en assurance », « On cherche à mettre en place une relation de confiance ».

3. Attention : pour comparer les offres, n’hésitez pas à demander les condition générale de location (CGL)
Les explications et brochures commerciales fournies lors de vos premiers contacts avec un prestataire LLD mettent en avant certains des services proposés.
Cependant, afin de pouvoir comparer avec exactitude et en toute objectivité, les propositions qui vont sont faites, il est vivement conseillé de se reporter aux CGL (Conditions Générales de Location). Il s’agit du document juridique qui sera signé et engagera les deux parties, qui comportent les principales conditions commerciales relatives à la prestation de location proposée.

4. Attention aux prestataires qui ne travaillent qu’avec un petit réseau de garagistes
En cas d’assistance, de maintenance ou de réparation, l’utilisateur doit s’adresser à un garagiste qui accepte de travailler avec le loueur, afin d’éviter toute contrainte de gestion. Il est donc important que vos collaborateurs puissent trouver un garage partenaire de votre prestataire LLD où qu’il soit situé.
Nous vous conseillons donc de privilégier les loueurs qui travaillent avec un réseau dense de garagistes présent sur tout le territoire. Ça n’est pas le cas de tous.

5. Attention à la capacité de gestion des équipements pour chacun des prestataires
La prestation de LLD qui vous est proposée comprend la mise à disposition du véhicule mais également sa maintenance, notamment la gestion des équipements. Veillez à ce que les services proposés répondent à vos attentes.
Par exemple, en matière de pneumatiques, un forfait vous est proposé avec un nombre défini de pneus de rechanges durant votre contrat. Prenez garde à ce que vous puissiez effectuer l’échange dans un centre proche de chez vous. Certains loueurs ne travaillent qu’avec un réseau restreint alors qu’avec d’autres vous pourrez aller changer vos pneus quasiment partout.
Toujours en matière de pneumatiques, certains de vos collaborateurs auront parfois besoin de pneus « hiver ». Dans ce cas, vérifiez que votre loueur inclut à son offre pneumatique une telle prestation, notamment que le montage et le démontage de ces équipements soient intégrés au forfait proposé.

Peut-on changer les pneus où l’on veut ou doit-on aller dans votre réseau ?
Offrez-vous des solutions pneus été / hiver ?
La gestion des pneus est-elle globalisée ou gérée voiture par voiture ?

6. Attention aux offres qui ne prévoient pas de vous fournir un véhicule de remplacement en cas d’immobilisation de votre véhicule
Plus que la mise à disposition d’un véhicule, la LLD est d’abord un service qui doit vous assurer, à tout moment la mobilité de vos collaborateurs.

Ainsi, en cas d’immobilisation du véhicule (panne, maintenance, vol …), il faut que vos collaborateurs puissent bénéficier facilement, économiquement et rapidement d’un véhicule de remplacement.

A cette fin, il vous sera proposé par certains prestataires de souscrire, pour une somme modique, à un forfait « Véhicules de remplacement ». En l’absence d’un tel service, il faudra avoir recours, en cas d’immobilisation, à une location de courte durée, bien plus onéreuse.

7. Attention aux prestataires qui n’ont pas de contrat de restitution
Le véhicule restitué en fin de contrat est, naturellement usagé L’usure normale du véhicule correspond à un état standard de vétusté. Au-delà, en cas d’usure anormale ou de dommages non réparés qui auraient dû faire l’objet d’une réparation de sinistre, les frais de la réparation seront à la charge du locataire.

Votre prestataire de LLD doit donc vous fournir un contrat de restitution qui définit précisément, au préalable, les critères d’un état d’usage standard et les réparations qui devront vous être facturées.

Attention aux prestataires qui ne vous propose pas de tableaux de décote avec des engagements en terme d’abattements ?

8. Attention aux prestataires qui à la restitution évaluent la remise en état au-delà de la franchise ou du seuil de tolérance
Si ce montant dépasse la franchise de votre assureur ou le seuil de tolérance fixé par le loueur, vous aurez à prendre en charge des frais de remise en état. Dans ce cas, pour s’assurer que le devis proposé corresponde réellement aux réparations nécessaires, vous êtes en droit de demander une contre expertise.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

La Location Longue Durée pour les Artisans (5/6)

La Location Longue Durée pour les Artisans (5/6)

Le choix du véhicule Pour la grande majorité des artisans qui ont opté pour une formule de Location Longue Durée, le choix du véhicule vise plus particulièrement les fabricants automobiles disposant d’une offre complète de véhicules utilitaires (le poids total...

lire plus
La Location Longue Durée pour les Artisans (4/6)

La Location Longue Durée pour les Artisans (4/6)

Les points Forts En matière de Location Longue Durée, les artisans bénéficient des principaux points forts de la formule à savoir, une optimisation de leurs ressources financières (préservation de la capacité d’endettement de l’entreprise pour ses investissements...

lire plus
Le cycle de la Location Voiture Longue Durée  (3/6)

Le cycle de la Location Voiture Longue Durée (3/6)

En fin de contrat 1. Restitution du véhicule Tout bon loueur, deux ou trois mois avant la restitution du véhicule se doit d’envoyer un courrier pour rappeler au conducteur les termes de son contrat. Il s’agit de préciser la date et le lieu de restitution dudit...

lire plus
Share This