Conseils aux PME-TPE en recherche d’économies !

La conjoncture est difficile : pour autant tout n’est pas figé, et surtout pas les relations fournisseurs.  « Il y a un prix marché et c’est tout » ou bien encore « Je suis une petite entreprise et n’obtiendrai rien de plus de mes fournisseurs » : ce temps-là est fini. Aujourd’hui, il ne faut rien acheter sans avoir consulté plusieurs fournisseurs. Une autre vision doit émerger : considérer le fournisseur comme un apporteur de solutions pour une meilleure productivité ou pour l’optimisation d’un process.

1/ Maîtrisez vos achats pour préserver votre marge

Dans un environnement de plus en plus compétitif, les prix de ventes baissent et la marge s’en trouve automatiquement affectée. Pour préserver ou restaurer la marge, une démarche achats est indispensable. Réduire de 10 % ses frais de fonctionnement impacte directement la rentabilité même en cas de stagnation du chiffre d’affaires : Buy Made Easy démontre par ses missions auprès de ses clients PME que 3% d’économies sur les achats est aussi rentable qu’une hausse de 10% du chiffre d’affaire, et ce, sans dégrader la prestation.

Voulez- vous d’autres conseils ?

2/ Définissez vos stratégies d’achat par type de dépense et par fournisseur

Chaque stratégie d’achat va dépendre de plusieurs facteurs : l’importance de la dépense, le nombre de fournisseurs présents ou encore le pouvoir de marché de l’acheteur face au fournisseur.

  • Premier principe : choisissez vos fournisseurs selon vos besoins : la productivité d’un fournisseur spécialisé ayant une expertise proche de vos attentes vous apportera un plus grand gain de temps et d’argent qu’un fournisseur trop généraliste.
  • Deuxième principe : choisissez la méthode des flux tendus afin d’éviter les gaspillages, et n’achetez que le nécessaire même s’il y a une promotion pour dix de plus : vous risquez de payer cher un manque momentané de trésorerie.

3/ Rationalisez les produits ou services achetés

Il s’agit de regrouper ses achats sur trois fournisseurs, au lieu de six par exemple, en concentrant et standardisant le produit ou service. Un exemple de bonne pratique pour les consommables informatiques ou fournitures de bureau consiste à rejoindre un groupement d’achats ayant deux ou trois fournisseurs référencés par typologie de besoin. Autre possibilité : rendez-vous régulièrement sur des salons pour connaitre les fournisseurs « actifs » qui cherchent à gagner des parts de marché en proposant des tarifs compétitifs. C’est l’occasion idéale de mieux négocier ses prix en direct.

4/ Négociez lorsque la situation financière de l’entreprise est bonne

C’est lorsque que l’entreprise va bien qu’il faut négocier et non en période de difficultés. En effet, les fournisseurs vérifient la santé financière de l’entreprise acheteuse et appliquent des prix plus élevés pour se couvrir. Voire même profitent de cette situation pour imposer leur tarif et, dans le pire des cas, refusent de fournir la prestation. 

De votre côté, pensez à surveiller la santé financière de vos fournisseurs. Buy Made Easy propose une solution e-achats VigiLegal qui permet de maîtriser l’ensemble des risques de ses fournisseurs, y compris financiers.

5/ Cessez d’autofinancer vos équipements

Pour les acquisitions d’équipements, il faut profiter des taux actuels très bas de financement pour ne pas subir d’un seul coup le poids de l’investissement. Ce faisant, on préserve la trésorerie. Un exemple type est celui de la flotte automobile en LLD ou crédit-bail : Buy Made Easy a ainsi réduit de 60 % les frais financiers de ses clients grâce à ses relations de confiance avec des partenaires financiers.  

6/ Suscitez l’innovation chez vos fournisseurs

L’objectif est de pousser ses fournisseurs à s’améliorer en termes de productivité. Pour les contrats d’un certain montants, Buy Made Easy intervient pour organiser des revues de performance trimestrielles ou semestrielles afin de signaler les points forts et les points faibles de la relation fournisseurs de l’entreprise, ainsi que l’évolution de l’offre concurrentielle. Un dernier conseil : si vous vendez en Union Européenne, achetez de préférence du fabriqué en France ou en Union Européenne. Vous conservez ainsi une proximité qui vous permet une meilleure maîtrise de la relation en termes de qualité du produit, de dépendance et de risques d’approvisionnement. Contrairement à l’idée reçue, il est très possible que votre coût complet d’acquisition n’excède pas un coût complet impliquant des fournisseurs de pays éloignés.

Share This