Solution e-Achat

Êtes-vous préparé pour la révolution numérique achats ?

Published By
Olivier Audino
Tags
Stratégie Achat

Vous sentez-vous prêt pour la révolution numérique dans les achats ?

Comme nous le savons tous, la révolution industrielle se termine et laisse la place à la révolution numérique. Ces dernières années, la démocratisation de l’utilisation des outils informatiques et des solutions digitales a insufflé de nombreux changements, parfois brusques, dans nos vies, mais pas seulement. Elle a aussi apporté son lot de bouleversements dans les organisations. Les pratiques et les processus anciens disparaissent progressivement au profit de nouveaux modes de travail qui sont plus performants et plus rapides. Ceux-ci ne sont pas pour autant sans contraintes. Comme toute révolution, la révolution numérique est difficile à appréhender. Dans un premier temps, on se sent perdu. Voilà pourquoi il est important de prendre du temps pour comprendre les changements qui s’opèrent afin de les anticiper et s’adapter aux nouveaux enjeux qui apparaissent. Comme tous les services au sein de l’entreprise, la fonction achats n’échappe pas à la révolution technologique qui s’opère. La question qui se pose est : en tant qu’acheteur, êtes-vous prêt pour la révolution numérique dans les achats ? Mais avant, commençons par comprendre la révolution numérique

Qu’est-ce que la révolution numérique ?

La révolution numérique, aussi appelée révolution technologique ou révolution digitale, est un terme employé pour désigner le bouleversement de notre société provoqué par l’essor des technologies numériques, dont l’informatique et le réseau Internet. 

Elle se traduit par la mise en liaison de toutes les personnes à travers le monde grâce à de nouveaux modes de communication, dont la messagerie instantanée, les réseaux sociaux, le courriel, les sites web, etc. A cela s’ajoutent le traitement et le stockage de données très volumineuses qui ne pouvaient pas être explorées via les méthodes ou outils traditionnels. On appelle également cette technologie le big data.

La révolution numérique est aussi caractérisée par l’essor de l’intelligence artificielle et de la robotique.

Révolution numérique : histoire

Quand a commencé la révolution technologique

La révolution technologique a commencé dans la deuxième moitié du XXe siècle avec l’essor des ordinateurs. Ceci a été, lui-même, rendu possible grâce à l’invention du transistor en 1947. Dès les années 50 et 60, de nombreux gouvernements et armées ont commencé à utiliser l’ordinateur pour traiter et stocker des données complexes. L’utilisation grand-public a commencé vers la fin des années 80. C’est aussi à cette époque que le premier téléphone portable est apparu. 

Un autre tournant majeur de la révolution numérique est l’introduction du world wide web en 1992 et l’apparition d’Internet en 1996. C’est grâce à ces deux innovations que la révolution digitale est devenue un phénomène mondial. Elle s’est propagée partout dans le monde et dans tous les secteurs d’activités. A partir des années 2010, la communication mobile est devenue un standard de la communication. En effet, 70% de la population mondiale possède un téléphone mobile. Ils ont commencé à l’utiliser pour communiquer, interagir avec d’autres personnes et obtenir des informations. 

Les bouleversements générés par la révolution numérique semblent continuer de s’accélérer avec l’optimisation de la puissance informatique et des vitesses de transfert de données. On dirait donc qu’elle est encore loin de se terminer. Elle continue sa progression et touche aujourd’hui tous les profils d’utilisateurs et secteurs d’activités. On appelle révolution numérique industrielle la révolution digitale du secteur industriel. 

Les différentes fonctions au sein de l’entreprise n’échappent pas non plus aux impacts de la révolution technologique. C’est ainsi qu’on parle de la révolution numérique dans les achats.

Quand révolution numérique rime avec numérisation ou digitalisation des achats

A l’ère du numérique ou de la révolution numérique, toutes les fonctions au sein de l’entreprise sont amenées à se poser des questions sur leurs pratiques, leur contribution à la performance de l’entreprise et leur efficacité. Alors que la transformation digitale a déjà été entamée dans la plupart des fonctions stratégiques des entreprises, les fonctions support comme la fonction achats ont encore tardé à se lancer. Ce n’est que bien tardivement que ces dernières ont suivi la tendance. 

Les responsables achats ont compris la nécessité d’adapter leurs processus à la nouvelle donne, et surtout aux contraintes imposées par le contexte sanitaire et économique. Le développement de nouvelles technologies poussé par la révolution numérique a rendu cette transformation de la fonction achats plus rapide et plus efficiente. 

La digitalisation des achats s’inscrit dans le prolongement de la révolution numérique dans tous les secteurs d’activités. Cela consiste à appliquer les dernières technologies, telles que l’automatisation, le big data, l’internet des objets et l’intelligence artificielle au processus d’achats afin de maximiser la création de valeur par le service achats et lui permettre de mener à bien ses missions.

Digitalisation des achats : où en est-on aujourd’hui ?

Le virage numérique, provoqué par la révolution technologique, est clairement amorcé au sein de la fonction achats. Les nouvelles technologies intelligentes et le développement de l’industrie 4.0 ont poussé ce service au cœur du potentiel de performance de l’entreprise. Il est ainsi passé du statut de gardien de la maîtrise des coûts à l’un des principaux leviers de l’amélioration de la performance de l’entreprise. 

La transformation numérique de la fonction achats est poussée par deux facteurs essentiels. Primo, les processus achats ont fortement évolué, ce qui pousse à remettre en question l’efficacité des outils traditionnels. Secundo, les produits eux-mêmes ont aussi évolué. Les nouvelles technologies, dont le cloud, l’intelligence artificielle, la robotique et les objets connectés, nécessitent des stratégies d’achat adaptées. D’où la nécessité de transformer numériquement les processus d’achats.

D’après les résultats de l’Etude E-Procurement 4.0 de PwC, 35% des directeurs Achats ont dit avoir déjà entamé la digitalisation de leurs processus. 19% ont déclaré avoir transformé leurs processus stratégiques. 60% ont émis le souhait de digitaliser leur fonction Achats dans un délai de 5 ans.

La transformation numérique des processus achats concerne toutes les tailles d’entreprises. Ces dernières années, un certain nombre tendances ont été constatées en matière de digitalisation des achats, dont l’intégration et le traitement en temps réel des données provenant des fournisseurs, des clients internes et des distributeurs, l’automatisation des processus via le Sourcing-to-Pay ou Procure-to-Pay, l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les tâches collaboratives, l’analyse des processus achats grâce à des outils de business intelligence… 

D’après de nombreuses études, ces tendances devront encore se confirmer dans les années à venir. La blockchain, l’intelligence artificielle et l’automatisation des processus, qui sont les trois composantes de la révolution numérique, devront prendre une place encore plus importante au sein des services achats. 

Quels sont les impacts de la révolution numérique sur les achats ?

L’application de la révolution numérique dans le processus achats a des impacts significatifs sur la performance de la fonction achats en particulier, et celle de l’entreprise en général :

Simplification de la tâche des équipes chargées de la gestion des achats

Les raisons qui poussent à l’adoption de la révolution numérique dans les entreprises portent essentiellement sur sa praticité. En utilisant un logiciel, comme Sourcing Force, un certain nombre de tâches liées au processus d’achat peuvent être automatisées et réalisées plus rapidement et facilement. Cela constitue un gain de temps et de performance pour l’équipe achat. 

Comme le processus est automatisé, les risques d’erreur humaine sont aussi réduits. L’équipe a ainsi un meilleur contrôle sur les risques opérationnels. 

Optimisation des rendements

Les outils technologiques innovants, rentrant dans le cadre de la révolution numérique, optimisent le processus d’achat en simplifiant et en digitalisant les tâches les plus chronophages et administratives. Cette automatisation du processus permet aux équipes chargées de la gestion des achats de travailler dans de meilleures conditions et de gagner en efficacité. Elles pourront participer activement et directement à la rentabilité de l’entreprise. 

En étant libérées des tâches à faible valeur ajoutée, elles pourront se concentrer sur des actions plus stratégiques et bénéfiques à l’entreprise. 

En plus de l’efficacité opérationnelle liée à l’automatisation des processus, les équipes achats peuvent aussi profiter d’autres avantages de la révolution technologique, dont une meilleure visualisation des données relatives à l’entreprise et une meilleure maîtrise du portefeuille de fournisseurs grâce à des informations mises à jour en temps réel.

Un avantage concurrentiel

De plus en plus d’entreprises sont conscientes de l’utilité d’une bonne gestion des achats pour optimiser leur performance. Initialement adoptée par les entreprises industrielles, la transformation numérique des achats concerne aujourd’hui les PME et ETI de tous les secteurs d’activités. 

Les entreprises qui adoptent la révolution numérique dans leurs processus achats peuvent profiter d’un meilleur retour sur investissement sur les dépenses réalisées pour la transformation digitale des achats. En se concentrant sur des tâches à plus forte valeur ajoutée, les équipes achats peuvent améliorer leur performance et gagner un avantage concurrentiel. Cela permet à l’entreprise de s’aligner face à la concurrence.

Prise de meilleures décisions

Les actions nécessaires pour assurer une meilleure gestion des achats sont nombreuses et variées. La révolution numérique a fait émerger de nombreux outils innovants, comme le Procure-to-Pay, qui permettent de rationaliser ces tâches allant des plus simples aux plus complexes et répétitives. Ces outils intègrent également des fonctionnalités facilitant le travail collaboratif. Ils permettent d’automatiser la transmission des besoins par les clients internes et de raccourcir le circuit de validation. En ce faisant, les équipes achats gagnent du temps et en efficacité. Elles permettent également aux directions générales de prendre les meilleures décisions grâce à une meilleure analyse et à une meilleure synthèse des données.

L’utilisation des outils innovants poussés par la révolution technologique augmente ainsi les capacités de l’acheteur. La suppression des tâches répétitives à faible valeur ajoutée au profit de missions plus stratégiques lui permet de rester performant et pertinent dans ses missions. L’utilisation de logiciel de Procure-to-Pay, comme Sourcing Force, permet à l’acheteur de recueillir un plus grand nombre de données relatives aux fournisseurs et de les traiter de manière plus pertinente.

Êtes-vous prêt pour la révolution numérique dans la fonction achats ?

Un trio de consultants du cabinet PWC a dressé les tenants et aboutissants de la révolution numerique industrielle – baptisée « smart manufacturing », ou fabrication intelligente – qui est en train de se jouer dans le secteur industriel.

Pour eux, la Digitalisation des Achats révolutionne tous les secteurs.

Le trio dresse six éléments de la revolution numerique à considérer :

  1. Une proposition de valeur à revoir : c’est le rôle du Responsable Achats que de repenser la valeur ajoutée de la fonction Achat.

 Les silos entre départements vont s’estomper, et les Achats ont un rôle prépondérant à jouer, car ils ont un lien privilégie avec les fournisseurs.

Ils peuvent définir de nouveaux business models et se transformer en un véritable centre de profit en s’appuyant sur cette connaissance.

Ils sauront repérer les innovations pour construire des produits dans des conditions plus efficientes et rentables.

  1. La technologie est un outil, pas une fin en soi : de nouveaux outils entrainent de nouveaux besoins et services, et des masses données à traiter à cause de l’interconnexion accrue entre les machines (grâce à des capteurs) et les personnes (via les réseaux sociaux d’entreprise) générant ainsi des « réseaux de valeurs ». 

Avec la question délicate de la propriété des données recueillies.

  1. La capacité à traiter de la donnée en temps réel sera la clé du succès : les gros éditeurs – par exemple d’ERP – ne seront pas à même de fournir des réponses en termes d’optimisation de la supply chain, d’intégration de données clients, fournisseurs, production etc.

 Les solutions viendront plutôt de petites entités agiles spécialisées, avec un focus sur l’analytique Achat en temps réel dans les domaines financiers, relation client et fournisseurs.

 

Une utilisation innovante des données : mieux connaître les fournisseurs, les marchés, les clients, prévoir les tendances, anticiper les pannes… autant d’utilisations pratiques de la data qu’il faudra savoir proposer.

 

La digitalisation des Achats, l’arme des Acheteurs : accroitre la collaboration entre les départements, susciter l’engagement, accroître l’utilisation de l’analytique Achat, un rêve atteignable ?

La digitalisation des Achats impacte l’ensemble de la supply chain depuis la planification, en passant par le sourcing, les négociations contractuelles, mais est tributaire de la maturité de l’entreprise.

Des efforts de formation seront consentis, pour permettre aux Achats de se libérer de tâches chronophages et se consacrer à leur cœur de métier

Nouveaux outils, nouveaux besoins, nouveaux métiers : la digitalisation des Achats entraîne la nécessité de repenser l’organisation pour intégrer de nouveaux métiers face à cette revolution numerique.

Mais aussi d’affecter des ressources sur les marchés les plus porteurs. Un vrai défi pour l’entreprise : est-elle prête à décentraliser ses ressources achats ?

Line
Featured Post

Popular posts