Enjeux et perspectives de l’externalisation des Achats

par | Stratégie Achat

Afin de faire face à un contexte concurrentiel accru et à un développement croissant des activités, notamment à l’international, le recours à de nouvelles approches est de plus en plus envisagé par les entreprises.

L’objectif est de rechercher plus de flexibilité, d’abaisser le point mort et d’accroître l’efficacité dans le cadre d’un modèle adaptable.
Ces approches dites « industrielles », comme la délocalisation, l’externalisation ou la mutualisation des achats à travers la mise en place de centres de services partagés, apparaissent séduisantes, comme en témoigne leur succès auprès d’acteurs du monde anglo-saxon.
Pourtant elles sont encore sources de nombreuses questions, voire parfois d’inquiétudes.
Les entreprises françaises, comparées aux entreprises anglo-saxonnes, semblent pour l’instant rester encore relativement à l’écart de ce mouvement touchant à la structure même de l’entreprise, à sa culture et à son mode de management.

Alors que l’avenir ne s’anticipe plus qu’à court ou moyen terme, doit-on voir ce relatif retrait comme une prudence légitime ou une frilosité excessive ? Quels sont les risques inhérents à un projet d’industrialisation, les freins à anticiper, les prérequis à vérifier pour réussir la transformation et en tirer tous les bénéfices attendus ? Quel est à terme l’impact sur le modèle organisationnel et le mode de management de l’entreprise ?

Le défis interne de l’externalisation des Achats

Pour le dirigeant d’entreprise, c’est un défi. Il lui faut conserver ses positions tout en changeant de position : se transformer pour rester compétitif et se différencier durablement de ses concurrents, sans pour autant perdre son savoir-faire, ses capacités de développement et son leadership.
Le dirigeant a besoin de nouvelles approches managériales pour engager son entreprise sur des voies beaucoup moins balisées qu’hier, exigeant audace et flexibilité, avec des cycles de transformation continus et plus rapprochés. Cependant, si l’on ne peut refuser la transformation, il faut savoir l’anticiper et en maîtriser les risques inhérents.

Si les hommes sont au cœur de l’organisation, comment les motiver et orchestrer une dynamique lorsqu’ils n’y sont plus physiquement présents ? Comment recréer une nouvelle forme de collaboration ? Avec quels moyens ? Quelles conséquences pour l’entreprise et quelle capacité, le cas échéant, à revenir en arrière ? Comment globalement ne pas devenir une entreprise virtuelle ?

Que recherchent les entreprises à travers l’externalisation Achat ?

L’attrait ne se limite pas à la réduction des coûts ni aux opportunités offertes par la mondialisation de l’économie. Bien au-delà, les entreprises font évoluer leur modèle organisationnel en totale cohérence avec leurs enjeux stratégiques : désimbriquer l’organisation pour gagner en flexibilité et en souplesse, pour être plus agile dans le cadre du développement à l’international et la globalisation des activités et, de plus en plus, faciliter les intégrations.

Dès lors, tout l’enjeu pour l’entreprise est de parvenir à conserver son unité, sa cohérence, afin d’éviter de devenir virtuelle. Reconstruire, oui, mais sur une base cohérente, solide, pérenne et continuellement adaptable. Si les objectifs ne sont pas nouveaux, ils sont désormais envisagés dans un cadre et à une échelle plus vastes.

Repensez l’architecture globale des Achats

Les entreprises se réorganisent, se désimbriquent pour certaines ; jouent la consolidation, pour d’autres. Si elles ont beaucoup travaillé jusqu’à présent à l’amélioration de leur « contenu » – les processus, les systèmes –, la pression croissante du marché leur impose de repenser aussi leur « contenant », c’est-à-dire leur architecture globale. C’est donc véritablement une nouvelle approche de la transformation qu’il faut envisager, plus ambitieuse, plus globale, plus impactante sur l’organisation et les hommes et donc forcément plus risquée.
Ainsi, pour être efficace dans un environnement plus mouvant et plus global, l’entreprise doit se réinventer constamment. L’industrialisation, sous ses différentes formes (externalisation, délocalisation ou mutualisation), est l’une des réponses les plus pertinentes à cette exigence. Or, pour qu’elle soit efficace, cette approche ne doit surtout pas être subie ni suivie comme un effet de mode. Elle doit au contraire être voulue et s’inscrire dans une vision stratégique. Sans compter qu’il faut aussi savoir piloter la transformation de façon pragmatique en maîtrisant les risques.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Le cycle de la Location Voiture Longue Durée (1/6)

Le cycle de la Location Voiture Longue Durée (1/6)

La prise en main 1. Commande du véhiculeLorsque vous signez un bon de commande, vous vous engagez sur un devis, qui précise : le modèle du véhicule, ses options, ses accessoires, l’évaluation de son loyer financier, les prestations souscrites ainsi que les éléments...

lire plus
La Location Longue Durée pour les Grands Comptes

La Location Longue Durée pour les Grands Comptes

Le choix du véhicule En matière de Location Longue Durée, la majorité des prestataires de LLD préconisent aux multinationales et autres grands comptes de laisser à leurs salariés le libre choix du véhicule. Cette approche originale qui peut être toutefois encadré par...

lire plus
Share This